Le jardin de Philomène...

Le jardin de Philomène...

La violette : discrète et suave

De retour d'un court séjour en Angleterre où j'ai été envouté par la beauté et la sophistication de certains parcs londoniens, je profite de mon retour pour goûter aux joies simples de notre jardin creusois.

 

Qui n'a pas succombé au parfum de la violette? Elle réveille en chacun les fourmillements du printemps renaissant grâce à sa couleur et son charme champêtre.

 

violette1.jpg

 

La première qualité de la violette est qu'elle ne demande aucun soin. C'est une fleur commune que l'on retrouve à l'état sauvage jusque dans les bois. Elle aime la mi-ombre et surtout elle se ressème toute seule. A notre arrivée dans le jardin, elle était déjà présente. Elle s'est rapidement multipliée car nous ne traitons pas.

 

violette-cleo.jpg

Il faut faire attention où l'on met les pattes!

 

C'est une plante familière, cousine de la pensée, avec qui elle partage la vedette. La violette est très discrète mais elle est sans conteste plus ravissante que sa cousine car elle ramène aux charmes de l'enfance. Elle donne envie de la porter à son nez et de la garder contre son coeur pour profiter de son atout majeur : son parfum!!

 

Pour en profiter, il est indispensable de se lancer dans l'art du bouquet. Elle embaume la pièce qui l'accueille et nous touche par la sophistication et le naturel de ses fleurs mauves.

 

violette-bouquet.jpg

Elle a pour chacun une note suave si caractéristique. Elle est une note de nostalgie...

 

Ici, elle est mise en valeur par un contenant de petite taille et s'accorde à merveille avec la corbeille d'argent au parfum de miel. Un bonheur parfumé sans colorant, il faut faire confiance aux mariages simples et à la nature.

 

Les violettes sont cultivées depuis des siècles pour leurs qualités en parfumerie ou en cosmétique. Toulouse a fait d'elle un de ses emblèmes et lui dédie un charmant musée dans une péniche sur le Canal du Midi. On cultive la violette de Parme pour son parfum. Cette dernière est double et est régénérée par divisions car elle ne produit pas de graines. Par contre, cette belle italienne est un peu plus exigeante en chaleur.

 

Au XIXe siècle, les marchandes des quatre saisons les proposent aux élégantes pour orner leur corsage à l'aide de jolis bouquets ronds. Aujourd'hui, les amateurs cultivent des variétés aux couleurs variées comme la viola sonaria "Frecles" aux pétales blancs constellées de pigment violacés.

Le jardin de Philomène, lui, se contente de la simplicité de la viola odorata, la violette sauvage.

 

La violette inspire la tendresse même aux artistes comme Grandville. Ce dernier réalise une superbe série de "fleurs animées" qui le rendront célèbre. Grandville publie en 1846 et 1847 ses remarquables illustrations qui donnent vie aux fleurs sous la forme de figures féminines.

 

violette_grandville.jpg

 Fleurs animées de Grandville

 

Alors n'hésitez plus à vous pencher à la recherche de la plus discrète fleur de votre jardin, elle vous récompensera par son doux parfum qui nous annonce l'imminence du printemps et la fête des sens.

Pour une fois, le jardin de Philomène fait l'éloge de la simplicité!

Il est temps de renouer avec la tradition et de s'offrir une jolie boutonnière parfumée pour faire pâlir d'envie les plus belles roses encore endormies.

 

violette-cochon.jpg



15/03/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres