Le jardin de Philomène...

Le jardin de Philomène...

La fougère, compagne d'un artichaut frileux

Le potager de février semble bien triste.. Heureusement, nos artichauts se dressent, fiers comme Artaban au mépris de la saison : un joli pied de nez à l'hiver qui refuse de faire peur à ces audacieux en restant désespérement doux! 

Alors que leurs feuilles lacérées avaient pratiquement disparues sous le soleil d'août, les artichauts reviennent comme des bouquets dans le potager endormi. Je serais en Provence, je pourrais me réjouir et parier sur la précocité de ma future production. Mais dans ma bonne ville de Chaminadour, février peut être un bien cruel compagnon et ruiner tous nos espoirs par des gelées mordantes.

 

L'artichaut est un méridional. Il est originaire de l'est de la Méditerranée. Aujourd'hui, il ne ressemble plus à un vulgaire cardon sauvage. Il a été sélectionné avec passion pour devenir un met royal, le préféré de Catherine de Médicis! On le retrouve comme symbole noble dans certaines grandes propriétés aristocratiques.

 

artichaut-venise.jpg

Les Italiens l'adorent et sont devenus les spécialistes de sa culture, comme dans la ville de Venise.

 

C'est donc une plante frileuse qui craint les fortes gelées mais grâce à nos soins, nous la conservons et la multiplions d'une année sur l'autre. Cette année, nous avons pris beaucoup de retard sur nos travaux de protection qui doivent être entrepris dès l'automne. La douceur nous a donné raison. Nous cultivons la variété bretonne "Gros Camus de Bretagne" depuis 4 ans avec beaucoup de succès et de jolies récoltes ( 16 artichauts croqués l'an passé).

 

Le secret est la protection des souches contre le froid. Ici, pas de voile d'hivernage (trop fragile et de prise au vent), mais un joli manteau de fougères.

 

Artichaut-poupee.jpg

On commence par protéger le coeur de l'humidité en liant les feuilles ensemble, puis on butte le pied.

La seconde étape est la plus simple : je parcours ma campagne du Nord de la Creuse à la recherche de matériaux économiques, comme la fougère. Cette année, ma récolte est tardive et donc de qualité moyenne car la fougère a commencé à se déliter. Attention, il faut porter des gants car ses tiges peuvent se révéler très coupantes! Il suffit alors d'emmailloter vos artichauts avec son nouveau manteau à la joli robe brune. L'intérêt de la fougère est qu'elle laisse respirer la plante en la protégeant du froid. Elle éloigne les limaces et se décompose toute seule. Elle enrichie le jardin grâce à la silice qu'elle contient... Que demande le peuple!?

 

artichaud.jpg

 

Suite à la lecture du Bon Jardinier de 1840, j'ai découvert une autre pratique pour protéger l'artichaut des rigueurs de l'hiver. Peut-être que ce geste est toujours pratiqué par certains experts du potager? Il s'agit tout simplement d'arracher le pied avec une motte de terre et d'hiverner notre artichaut dans une cave. Le Bon Jardinier promet qu'au printemps la plante est très vigoureuse et produit même ses capitules avant les pieds restés en terre...

A vous de juger et de nous parler de vos astuces!

 

Maintenant, nous pouvons dormir tranquille et regarder le gel dessiner ses volutes givrées sur les plantes du potager.

 

artichaut-gel.jpg

 

 

 



05/02/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres