Le jardin de Philomène...

Le jardin de Philomène...

Visite chez Cousine Annie

Il y a des jours où l'on aime se laisser porter. Ce fut le cas pour démarrer nos vacances d'hiver car nous avions reçu une invitation à déjeuner chez Cousine Annie.
A première vue, rien d'ébouriffant, un dimanche somme toute ordinaire. Eh bien non, car ce n'est pas un dimanche comme les autres quand on se rend à déjeuner chez la Grande cousine de ma femme.
Au départ, une génération nous sépare. Mais nous avons tout de suite bien accroché. En effet, je retrouve chez elle un jardin rare que j'ai toujours plaisir à arpenter. Oui, notre point commun est le goût pour le jardin, la botanique et tous les petits plus de mordus comme nous.

 

Au premier abord, la maison semble ordinaire, il faut passer la porte pour découvrir l'essentiel.

L'espace est tiré à quatre épingle. Le tour de force est que le jardin est beau même en hiver. C'est une composition qui lui ressemble : soignée avec une pointe d'originalité. On trouve de tout dans son hortus, d'autant que derrière la maison s'étire un vaste espace de massifs en ligne.

 

canard-annie.jpg

 

Tout commence par une belle table et une bonne chaire afin de rentrer dans le vif du sujet. Mais avant, réflexe d'enfance oblige, on se précipite à la fenêtre de la cuisine, pour observer la myriade de mésanges qui se bousculent autour des mangeoires généreusement garnies.... spectacle à peine croyable que ce ballet d'oiseaux qui tourbillonnent.
 
mesange-annie.jpg
 
Ensuite au café, on parle massifs, projets et futures fêtes des plantes : on ne se refait pas...
C'est d'autant plus savoureux que nous vivons dans deux départements différents, tant par ses manifestations que son climat. On projette, on rêve un peu.

 

 

Viens l'heure de la digestion, non pas pour la sieste mais pour arpenter les allées, découvrir les nouvelles venues, les réussites et parfois les défaites. Comme Cousine est moderne, elle cultive un jardin avec des pratiques raisonnées. C'est donc toujours pertinent d'échanger. Commence alors la liste des choses à emporter, à bouturer.
Même si nous sommes loin, Annie a une place particulière au Jardin de Philomène : on lui doit la miraculeuse mélisse, les fabuleux fuchsias rustiques mais surtout notre collection d'asters.
Les boutures d'asters sont devenus des ogres car ici ils ont explosé. Ils sont somptueux et opulents alors que chez elle, ils sont sages. Chaque automne, on réalise d'immenses bouquets qui pourraient porter son nom. C'est toujours délicieux quand les massifs ne sont pas anonymes.
 
bouquet-aster-annie.jpg
 
C'est déjà l'heure du départ, il fait presque nuit, il faut rentrer au pays. Alors, Cousine Annie glisse dans le panier ses lectures d'"ami des Jardins", "rustica"... On s'embrasse, on se promet de se revoir vite et on se donne rendez-vous du côté de chez nous. La vie est simple parfois même le dimanche loin de notre jardin.

 

 

Le plus cocasse c'est que Cousine Annie n'a pas encore internet et donc elle ne sait pas tout le bien qu'on pense d'elle...

 

aster-annie.jpg



06/03/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 107 autres membres