Le jardin de Philomène...

Le jardin de Philomène...

Domaine de Poulaines à en perdre haleine

Pour les vacances, les habitants du Jardin de Philomène s'accordent toujours quelques visites botaniques. Avec l'arrivée de notre petit jardinier "Capri c'est fini" mais le Berry c'est chouette aussi. Pas question, en effet, de traverser le monde mais plutôt de faire une douce escapade. Alors, nous sommes revenus à nos premières amours pour un week-end chez nos voisins. Nous nous étions déjà égarés sur les routes de cette jolie province pour tomber sous le charme de Bouges où nous vous avions fait partager notre coup de coeur.

Cette fois, nous partons pour Bourges avec comme point de départ le Domaine de Poulaines, dont nous avions entendu parler par nos amis Digitaliens. Facile à trouver, nos avons fait une infidélité au Prince de Talleyrand, car le domaine est tout proche de Valençay.

La route a été chaude lors d'une journée de soleil très ardent. Le jardin est un peu écrasé par la lumière intense mais c'est avec beaucoup de plaisir que nous nous glissons à l'ombre de l'arboretum. Dès l'entrée, le décor frappe par sa beauté classique et impeccable. Les arbres fruitiers palissés se dressent sur des allées gravillonnées très soignées.

 

 

Quand soudain, nous sommes aspirés par les jeux de lumière et la force de la tonnelle de roses qui semble nous ouvrir les portes d'un jardin aux accents de merveilleux.

 

treillis-poulaines.jpg

 

On s'enfonce, équipés de notre poussette sous les frondaisons où la porte du jardin d'Alice s'ouvre. De nombreux détails et curieux personnages donnent vie au décor. La surprise est grande quand notre chemin croise un troll endormi, un champignon de bois, un lapin de fonte ou une cabane suspendue.

 

mon_collage(7).jpg

Le soleil est toujours plus vif mais l'on aperçoit le bassin où lotus et nymphéas nous invitent à la pause.

Il est temps de s'arrêter pour écouter vivre le jardin. Derrière l'aspect formel des lieux bouillonne la vie. L'oeil du photographe part à la chasse...aux papillons qui se pressent pour s'enivrer de lavandes. Les poissons nous saluent en espérant notre ombre.

 

bassin-poulaines2.jpg

 

Puis le sauvage entre en scène, le terrible lézard vert qui dore sur sa pelouse de châtelain ou la souris qui nous fait un pied de nez pour nous amuser.

 

souris-poulaines.jpg

 

La poésie du lieu est très forte, rien n'est laissé au hasard, des tonnelles où se perdent les roses anciennes aux bancs pour se reposer et rêver un peu. "Capri c'est fini"... pas tant que ça... la chaleur est forte, nous nous glissons entre les graminées, le long du ruisseaux, les fougères et les bambous semblent être nos gardiens.

C'est beau un jardin en juillet mais c'est épuisant surtout avec notre jardinier amateur qui trône dans son carrosse ou qui profite de notre agitation pour se reposer. Le monde d'Alice ressemble à un songe. Nous regagnons la grange de l'entrée, c'est l'heure du goûter...

 

abeilles-poulaines.jpg

 

Avant de partir, les auxiliaires du jardin nous saluent bien bas, les abeilles viennent se rafraîchir au pied de l'abreuvoir... Déjà la route nous appelle, notre périple berrichon n'est pas fini.

Qu'il est doux de se perdre en Berry et de rejouer ensemble les chemins de traverses où se nichent de belles surprises.

 

rose-poulaines.jpg


03/08/2017
1 Poster un commentaire

Venez célébrer le printemps avec nous!

Entre deux massifs à désherber et des heures à juguler la végétation devenue aussi vorace que la forêt amazonienne, je cours la ville pour la couvrir d'affiches!

 

Affiche A4 Troc Vert 2017.jpg

 

Pour célébrer le printemps, l'aventure du troc vert est repartie.

Comme l'an passé, nous vous attendons Dimanche 30 avril au parc de Fressanges...

J'entends déjà les râleurs à cause du fléchage... D'ailleurs, je mobilise : tous les bras et bonne volonté sont les bienvenus, dès 9h, pour installer les tentes, tables.

 

Cette année encore, nous pouvons compter sur nos partenaires, toujours fidèles :

 

- Le CPIE, nous régalera comme à chaque fois par une thématique lié au développement durable et à la nécessité d'adopter des gestes éco-citoyen au jardin ;

- la Digitale et ses membres toujours aussi érudits, passionnés et généreux, seront présents : moments de partage et leçons de choses garanties.

- L'association Sème tes graines présentera son riche programme et mettra en avant sa grainothèque.

 

Chaque jardinier amateur est invité à cette belle rencontre citoyenne et botanique. Sur les tables, le principe est simple : l'échange, le sourire et le conseil.

On n'hésite pas à remplir le coffre avec des gourmandises à partager, des graines, outils, plants, semis, vivaces...

 

Vous trouverez aussi un bar à boutures : dans des pots de verre chacun pourra disposer des boutures de son jardin à partager.

 

Sur notre stand, vous trouverez des asters, des boutures de rosiers, géraniums odorants, mélisse, aromatiques, magazines de jardin, graines et boutures et... un nouveau jardinier! (mais que nous ne troquerons pas!)

 

A la fin de la bourse, on profitera des tables pour pique-niquer et poursuivre l'aventure en parlant du jardin idéal. S'il existe, c'est surtout grâce au partage. Alors n'hésitez plus, faites un noeud à votre mouchoir, le tour de votre hortus la bèche à la main et venez nous rencontrer dimanche 30 avril.

Le jardin de Philomène a une nouvelle recrue et animera certainement vocalement la matinée. L'éducation à l'art du jardin n'attends pas, pendant que ses parents laboureront les stands à la recherche de nouveaux trésors, Bébé aura besoin de ses bonnes fées pour prolonger le plaisir.

 

 

FLYERS A6 Troc Vert 2017.jpg

 

Laissez moi un commentaire pour tout renseignement, coup de main ou simplement pour me dire que vous passerez par le parc de Fressanges. En attendant, n'hésitez pas à  partager autour de vous la nouvelle du Troc comme les abeilles le feraient pour enchanter le printemps renaissant.


15/04/2017
4 Poster un commentaire

Cicogne au jardin!

Alors que le jardin frissonne encore un peu, que les grues se sont faites remarquées, une nouvelle histoire s'inscrit dans notre vie.

 

Nous avons aperçu en cet après-midi du 17 février 2017, un drôle d'oiseau : une superbe cigogne! Voilà longtemps que l'on attendait sa venue, nous avons guetté les choux et les roses avant que l'émotion de la première rencontre ne nous saisisse.

Sa venue a été forte en émotion et pleines de surprises avant d'être un formidable cadeau.

C'est donc officiel, oyé, oyé, l'équipe du jardin de Philomène a l'immense bonheur de vous annoncer l'arrivée d'un nouveau membre, un peu particulier, notre fils Clément.

 

carte-ours-renard-arbre_michou.jpg
 

 

Tout reste à construire maintenant avant qu'il trace son petit bout de chemin et exige de ses parents son petit coin de potager. Nous voilà avec une nouvelle plante rare et précieuse, dont nous ne connaissons pas encore les secrets de pousse, sinon beaucoup d'amour et de patience. On n'est donc pas très loin de la passion des jardins.

Bébé sera bientôt prêt pour se lancer dans l'aventure botanique, bottes et chapeau pour remplir notre carnet de jardin. Il se réjouit de rencontrer très vite ses amis Digitaliens et toutes les bonnes fées qui se penchent déjà sur son berceau.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures jardinières!

 

 

 

 


25/02/2017
6 Poster un commentaire

Bienvenue 2017!

Le jardin de Philomene adresse tous ses voeux à ses fidèles lecteurs et poursuit sa mue pour mieux se retrouver dans de nouvelles aventures... à suivre!

 

carte2017.jpg


01/01/2017
8 Poster un commentaire

Une table de charme : l'art du bouquet

L'été est le temps privilégié des dîners : ouvrir sa table ou découvrir celle de ses hôtes est toujours un bonheur. Mais il est devenu bien rare, même au restaurant, de découvrir un détail qui emporte le tout, un jolie bouquet de fleurs naturelles (of course!).

 

La baronne de Staff dans son célèbre manuel du savoir-vivre au XIXe siècle (Nadine de R. n'a rien inventé!) évoque que les bonnes tables mettent toujours en avant un peu de verdure sur la nappe, entre le surtout et les candélabres...

 

art-bouquet1.jpg

 

Ici, l'art du bouquet est un geste qui m'occupe juste avant l'arrivée des invités. Ce moment est pour moi très important. Il justifie à lui seul le jardin et sa diversité. Je m'échappe à l'extérieur choisir un thème pour orner la table et la cheminée du salon. Pour chacun, le choix est unique et précieux car la composition est éphémère. Rares sont les personnes qui y prêtent attention mais ce geste est pour moi une sorte de politesse et un plaisir personnel.

En fonction de la table et de l'occasion, nous choisissons un vase ou un accessoire car il ne s'agit pas d'encombrer certains visiteurs. Chaque saison fixe ses impératifs et offre sa palette de végétaux. La fleur est le phare du bouquet et la verdure choisie vient la rehausser. Pour les amateurs, il permet de mettre en avant le trésor botanique du moment. Je dois bien avouer que c'est aussi un moment privilégié pour réaliser des bouquets de roses que j'aime à la folie.

Pour certains, cueillir dans les massifs est une hérésie. Pour ma part, l'idée du jardin bouquetier, version jardin de curé, me plait assez. La fleur vient couronner la table. Elle s'appuie sur le choix de la vaisselle ou d'une nappe. Elle marque surtout une attention particulière alors pourquoi se priver!

Pour le plaisir, nous vous glissons les deux compositions de notre dernière invitation :

 

art-bouquet2.jpg

 

Premier bouquet de table : le Chantilly, très simple et gourmand. 

J'utilise une coupe à glace où j'enlace deux boules délicates d'Annabelle plongées dans un peu d'eau pour former une sphère. Une frêle tige de houblon doré apporte une note de lumière. Je glisse une branche de fuschia en guise de feu d'artifice. La fête sera belle!

 

Pour le salon, un bouquet tendresse grâce à un camaieu de couleurs douces. On craque pour la rondeur des hortentias aux deux nuances de roses et bleues. Comme sur le chapeau de la Reine, quelques plumes avec les tiges azurs de la sauge. Pour la touche plus forte, quelques cloches de penstemons mauves qui ne sont que trop rarement utilisées dans les bouquets.

 

art-bouquet3.jpg

 

Le plus important est de s'amuser. Chaque virée au jardin est synonyme de surprises. Le sécateur n'est jamais loin. Heureux donc les fleuristes qui doivent être constamment des passeurs d'histoires et de rêves! N'hésitez pas à poster sur le forum vos plus belles compositions. La prochaine fois, on vous embarque en voyage ...

 

 


13/08/2016
0 Poster un commentaire

A vos marques, prêts? Bouturez!!! Hortensias et hydrangéas!

Qui n'a jamais rêvé d'un jardin magique pour un petit prix?

Alors on se lance!!! Il ne s'agit pas de faire de votre hortus un jardin botanique avec 12000 références pour faire pâlir les pépiniéristes mais juste de vous offrir des massifs uniques ou avec vos plantes chouchoutes. Le problème est que l'été n'est plus le temps des fêtes des plantes et que votre porte-monnaie n'a pas digéré vos vacances somptuaires? Pas de panique! Il vous faut un jardin de copain et un sécateur!!!

 

L'astuce du jour est l'amitié car en plus de trésors que vous multipliez, chaque bouture aura une âme...

 

L'an dernier, j'ai testé les rosiers, passion oblige. Mes boutures poussent avec succès, en attente, dans le potager familial. Cette année, je teste les hydrangeas!!! L'histoire démarre par un coup de fil pour une visite dans la maison de campagne de deux "digitaliens", amateurs éclairés et généreux. Le programme du jour : goûter princier à l'ombre des arbres du jardin. On a d'abord craqué pour la confiture rhubarbe-citron avant de jouer du sécateur à la découverte de la collection d'hydrangeas. L'ensemble est remarquable d'autant plus que le guide est charmant et passionné. Notre panier se remplit de frêles tiges. Toutes ces promesses de bébés sont évidement porteuses d'enthousiasme. Notre hôtesse veille et conseille, elle aussi, sur ses coups de coeur et note sur les étiquettes tous les noms des spécimens que nous emportons. De quoi en perdre son latin mais on ne boude pas son plaisir. Je craque même sur les roses, on ne se refait pas....

 

bouture-hydrangea1.jpg

 

Ils sont tous là, les classiques, macrophylla, les serrata... On aime aussi les délicats et bien nommés bonnets de dentelles. On craque pour les Américains quercifolias du simple aux doubles. On est surpris par les velus! bref on frôle la collectionnite... Shamrock (célèbre collection nationale normande) n'a qu'à bien se tenir. Il est temps de se quitter les bras chargés de ces cadeaux. Il faut que nous pensions à acheter un nouveau jardin car on risque de ne plus avoir de place car bien sûr les boutures seront un succès!

 

Retour à la maison, on bosse :

 

Nos mentors font toujours bien les choses, ils sont armés de bon conseils :

 

- Les branches sélectionnées sont encore tendres.

- Elles sont choisies sans fleurs qui risqueraient de les avoir affaiblies.

- Il faut une tige comportant 3 yeux.

 

Sur place, on utilise un terreau léger, spécial semis ou on allège avec du sable. Je retaille en biseau mes petites branches. Je coupe les pétioles et les feuilles sauf celles terminales pour jouer le rôle de tire sève.

J'arrose le tout en veillant à conserver les étiquètes et je tente une expérience : ma caisse est enrubannée de plastique alimentaire pour réaliser une serre à l'étouffée. Un coin semi ombragé. Beaucoup d'attention et de magie seront encore nécessaires les semaines à venir.

 

Pas le temps de faire la sieste sous le tilleul mais la saison est réussie car le jardin rime cette année encore avec partage! L'an prochain, il sera beau de toutes ses jolies boutures qui ressembleront un peu à un merveilleux jardin de campagne aux couleurs de leurs propriétaires qui, j'en suis sûr, se reconnaitront...

A découvrir, donc, toutes nos nouvelles pépites qui poussent doucement. Je suis sûr que vous avez tous un hortensia qui vous touche?

 

A très vite donc pour de nouvelles aventures qui, cette fois, nous embarqueront vers le royaume des hydrangeas : la Normandie!

 

 

bouture-hydrangea2.jpg

 


30/07/2016
5 Poster un commentaire


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser